Le diamant de l’innovation – Marc Giget


Marc Giget définit dix axes de communication dans son diamant de l’innovation et chaque axe relie une fonction de l’entreprise à une autre, ce qui permet au final à tous les acteurs d’interagir entre eux par divers moyens. Ces 10 axes de communication formant le diamant sont donc :

  1. Innovation de produit (Entre la R&D et le marketing) : le pôle recherche et développement travaille avec le marketing et vente pour créer et imaginer un produit.
  2. Autogestion, participation et intéressement (RH <-> RF) : la connexion entre les ressources financières et humaines permet de gérer le type d’investissement le mieux adapté au projet d’innovation.
  3. Innovation dans la gestion des personnels de recherche (RH <-> R&D) : ce type d’innovation découle de l’interaction entre le staff et le pôle recherche et développement.
  4. Innovation au niveau des forces de vente (RH <-> M&V) : promouvoir l’innovation au niveau de la force de vente qui passe par l’axe de communication entre le pôle RH et celui du marketing et de la vente.
  5. Innovation de financement des ventes (M&V <-> RF) : cet axe est généré par le mix des fonctions d’innovation Financier et Vente.
  6. Innovation de financement de la R&D (R&D <-> RF) : dans la même logique, le financement de la Recherche et développement passe par l’interaction entre les services R&D et les ressources financières de l’entreprise.
  7. Innovation de process (R&D <-> Prod) : dans une relation classique, l’innovation des process provient de la synergie entre les processus R&D et Production.
  8. Innovation sociale et d’organisation (RH <-> Prod) : innover pour améliorer la productivité et climat social, en termes d’organisation notamment se fait par la combinaison des pôles RH et Production.
  9. Innovation de distribution (M&V <-> Prod) : réduire ou minimiser les coûts de distribution nécessite l’optimisation processus transverse entre la production et le marché
  10. Innovation de financement de la production (Prod <-> RF) : innover dans le financement de la production passe par le rapprochement des ressources financières et du processus de production.

 

 

Faire briller son diamant de l’innovation

Ce diamant met en évidence de nombreux aspects qui permettent d’utiliser toutes les options possibles pour stimuler la créativité et la prise de risque nécessaire pour innover, du moment que cela ne se réduit pas uniquement à l’innovation technique ou technologique des produits. Il permet ainsi de prendre en considération tous les éléments intervenant dans un processus d’innovation.

Par exemple, un service fourni à un utilisateur donné étant jugé de manière globale – qualité et efficacité -. Aussi, toute innovation affectant ne serait-ce qu’un élément de ce service devra être également évalué d’un point de vue global. Par conséquent, dans le cas où une entreprise qui fournit un service décide d’innover, elle veillera à inclure de manière cohérente les divers éléments intervenants dans la prestation de ce service.

Plus concrètement, appliquer le diamant de l’innovation de Marc Giget, c’est faire un compromis entre innover, valoriser et optimiser : réduire les coûts, améliorer les performances, apporter du changement, créer de nouveaux services/produits, nouvelles méthodes d’investissements, prise de risque des managers, liberté de créativité accordée aux salariés ou collaboration interne/externe, etc. , avec une ouverture de la réflexion à tous les corps de métier de l’entreprise.

Selon Marc Giget, la connaissance doit être le moteur de l’innovation car tout le monde peut avoir une idée et peut proposer. L’échange et la diversité des idées peuvent engendrer des innovations basées sur la connaissance plutôt que sur la technologie et la recherche scientifique uniquement (souvent des innovations produit).
Ainsi, c’est innover financièrement que de transformer ses lecteurs en actionnaires comme l’a fait le journal Le Monde. Nous pouvons ainsi lister comme autres types d’innovations : l’exemple de Tupperware et ses clients relais (innovation de distribution), le crowdfunding – ou financement participatif – (innovation de financement), la Grameen Bank et la micro-finance en général (innovation sociale), le e-commerce , Airbnb (innovation de process), le marketing -ou vente- directe- ou encore le sponsoring (innovation des forces de vente), etc.

En conclusion, s’il est certain que la technologie joue un rôle important dans l’innovation et lui est souvent associée, il ne faut pas oublier qu’à la genèse de tout changement, il y a une idée. Cette idée naît d’un besoin, d’une envie, d’une volonté d’améliorer ou d’apporter une solution nouvelle, etc. Pour réussir à bien appliquer un projet d’innovation par la connaissance, trois étapes importantes sont à respecter globalement : la génération d’idées (comment définir le besoin, être créatif, etc.), la conceptualisation (intégration des éléments de connaissance, technologie, coûts, services, etc.), la mise sur le marché (marketing, utilisation des technologies, etc.).

Source : Niko Nado (SeeMy)